Le paysage et la nature ont des influences positives sur la santé de la population. Communément admise, cette corrélation est confirmée par l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Berne.

 

Selon les auteurs de la recherche, elle doit néanmoins davantage être prise en considération dans l'aménagement du territoire.

 

L'Institut universitaire de médecine sociale et préventive a été mandaté par la Fondation suisse pour la protection et l'aménagement du paysage (FP) et l'Association des médecins en faveur de l'environnement pour étudier spécifiquement le lien entre environnement et santé.

Se fondant sur la littérature existante, les chercheurs arrivent à la conclusion que les paysages naturels ou aménagés, tels qu'espaces verts, parcs urbains ou cours d'eau, ont des effets bénéfiques sur la santé physique, psychique et sociale de la population.

Un environnement attractif et facilement accessible incite par exemple à pratiquer davantage d'activités sportives.

De même, la présence d'arbres ou de prairies favoriser les sentiments positifs et réduit les frustrations, les colères et le stress. Quant aux parcs publics, ils sont des lieux de convergence sociale et encouragent de cette manière l'intégration.

Enfin, il apparaît que les enfants et les adolescents sont stimulés par les paysages naturels, en particulier par ceux qui comportent beaucoup de vert.